Le Championnat de France des pronos de FDJ bien placé à la trêve !

Depuis quelques années, les Fantasy League et autres championnats virtuels fleurissent sur la toile avec, en fer de lance, le célèbre Mon Petit Gazon qui invite les fans à créer leur équipe et à se confronter à leurs proches dans une ligue fermée.

L’engouement de ce « coaching » virtuel a attiré FDJ en cette saison 2017-2018 puisque le grand argentier du sport français a lancé en août dernier Le Championnat de France des Pronos. Ici, on ne compose pas son équipe mais on remplit sa grille de Loto Foot, le fameux jeu de pronostic lancé il y a 20 ans. Sur une plateforme dédiée, les fans sont invités à pronostiquer « pour du beurre » les résultats de la journée de L1 et de L2 à venir, comme dans la vraie vie.

Pour du beurre ? Pas tout à fait car il y a plus de 150 000€ de dotations sont à gagner d’ici la fin de la saison.

Et le succès est d’ores et déjà au rendez-vous puisque, alors que la mi-saison n’est pas encore atteinte, ce sont quelques 5,3 millions de pronostics qui ont été validés par les 80 000 inscrits de la plateforme.

Ces scores sont flatteurs mais le vrai objectif de FDJ, à travers ce dispositif, c’est surtout de séduire de nouveaux joueurs… payants ! A une époque où la concurrence sur les paris sportifs fait rage, FDJ cherche en effet à sensibiliser les amateurs de paris qui n’ont pas encore franchis le pas à passer du virtuel au réel. Pour cela, l’opérateur de paris s’appuie sur les vraies côtes de chaque match et interpelle même les meilleurs pronostiqueurs en leur faisant prendre conscience de ce qu’ils auraient pu gagner s’ils avaient validé leur grille chez leur buraliste ou sur Parions Sports.

Si aucun chiffre officiel sur le taux de transformation en paris réels du Championnat de France des Pronos n’a été communiqué, les sourires aperçus sur les visages des collaborateurs FDJ lorsque le sujet a été abordé en marge du match Strasbourg-PSG de Coupe de la Ligue incite à croire que le succès est au rendez-vous !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*