Athlete 2064 : Quand la science fiction rejoint le sport

Athlète 2064

Il y a quelques mois, je vous avais présenté le premier opus de L’Equipe Explore, le web documentaire réalisé par L’Equipe. Depuis l’incroyable défi de Carlos Soria, les équipes de Jérôme Cazadieu se sont penchés sur les cyclistes (grimpeurs, sprinters et rouleurs), Oscar Pistorius en mode polar, Paul Gascoigne ou encore les grands navigateurs des temps modernes.

Ce coup-ci, L’Equipe Explore fait dans la science fiction en imaginant ce que sera le sport dans 50 ans. Pour eux, en 2064, plus de Jeux Olympiques mais des Jeux Biolympiques où des athlètes génétiquement modifiés se défient sur des épreuves au long court. Si le 100m est encore au programme, des épreuves tel que le marathon en nage libre, le football américain (malgré la résistance du rugby à 7, qui arrivera aux JO en 2016) ou encore le 100km en course à pied (parcouru en 3h40 …)

Outre le changement de statut du sport de haut niveau, ce web documentaire est aussi le relai d’un changement de structure de la société mondiale. Les forces en puissance ont évolué et l’on constate que les pays majeurs sont désormais la Russie, l’Afrique du Sud, la Corée du Nord, le Canada et la Chine. Et les sportifs sont devenus des rats de laboratoire et ne sont plus encadrés par des entraineurs mais par des ingénieurs et des généticiens, à la solde de l’armée qui, à travers ces héros des stades, semblent préparer leurs super soldats de demain.

Les performances sportives sont pratiquement assurées à l’avance par des réglages au nanomètre et, à chaque édition, de nouveaux champions génétiquement modifiés (voir complètement conçus en laboratoire) voient le jour et battent des records car ils sont mieux dotés technologiquement.

Cette vision de la société et du sport, qui semble presque marginal, est appuyé par des scientifiques venus de différents horizons qui valident la faisabilité des théories proposées par L’Equipe Explore. Vu les progrès technologiques apportés ces dernières années dans le domaine de la santé et de la biomécanique, aujourd’hui au service des malades, cela semble très plausible de rendre ces innovations technologiques accessibles à tous pour améliorer la vie de tous les citoyens … et les performances sportives.

Si Yves Coppens, anthropologue français interviewé à 2 reprises dans le documentaire, encourage à faire évoluer l’espèce humaine vers cet homme amélioré, comme un prolongement de la mutation de l’espèce déjà connu par le passé, je ne suis pas persuadé que l’avenir du sport passe par la création machines technologiques. Surtout si, comme dans Iron Man pour revenir à une SF plus proche de nous, l’objectif ultime est de fabriquer de super soldats !

Et la conclusion de ce documentaire, que je ne peux que vous inviter à parcourir, qui annoncent que des voix s’élèvent pour revenir aux vertus du coubertanisme et de la magnifique incertitude du sport.  Les JO comme salut de la course à l’armement sportive. Ca tombe bien, ça commence samedi !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*